samedi 13 septembre 2014

Ma série du moment - The Knick

Un soir d'ennui et de grand vide télévisuel sur TF1, Fr2, M6... (chaînes que je regarde rarement maintenant), j'ai décidé de souscrire à OCS pour 1 mois ( 1 euro, yay) et de profiter de leurs services de replay. The Knick, dont j'avais vaguement entendu parler, était disponible en US+24 : cela veut dire que les épisodes sont diffusés en VOSTFR le lendemain de leur diffusion aux States. Avouez que ça change des séries qui sont diffusées sur les grandes chaînes 1 ou 2 ans après leur sortie. 

Bref, après un bref coup d'oeil au sujet (la vie des chirurgiens et médecins de l'Hôpital Knickerbocker de New York au début du 20ème siècle),  son producteur (Steven Soderbergh, excusez du peu) et sa note sur IMDB (8,4!) je me laisse tenter. 



Autant le dire, la série est interdite aux moins de 16 ans, et je vous déconseille vraiment de la regarder pendant que vous êtes à table. (Ce que moi, je fais, en fait.) 

The Knick, c'est la série qui te fait réaliser à quel point tu es chanceux(-se) de bénéficier du progrès médical actuel. Regardez-là et vous offrirez un bouquet à votre dentiste, vous écarterez sans crainte les jambes chez votre gynéco, la coloscopie passera toute seule...Bref, vous avez compris.

L'avortement, les fausses couches, la typhoïde, la méningite, les conditions de vie insalubres, autant de problèmes auxquels doivent faire face l'équipe médicale - il faut tester, tenter, apprendre de ses erreurs, tout ça for science sake. On est vraiment nés à la bonne époque. 

La série traite également d'une multitude de sujets, comme le racisme (comment un jeune médecin noir peut-il trouver sa place au sein d'une équipe de médecins réticents à voir un "negro" - je cite la série - intégrer l'hôpital), la drogue (Clive Owen y campe un médecin en proie à ses addictions), la corruption, le trafic de cadavres, l'avortement clandestin, la place de la femme dans la société, ...

Bref, je vous laisse avec quelques visuels de la série qui à juste titre, reprennent l'expression "c'est plus ce que c'était." 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire